Liberté de pensée

18 avril 2009

Qui suis-je?

 

Bon, c’est clair, après cette émission sur la foi, et sur le pélerinage de la jeunesse en ce samedi de l’an 2009, émission dirigée par Marie Drucker, la crise va tenter de nous amener sur le terrain de l’occultisme, de la croyance en Dieu, et des légendes en tous genres pour garder « le moral…. ne pas abandonner le fameux combat de la vie…

Ces pauvres ados en quête de sens faisaient plutôt pitié, tant le sens est impossible à cerner, à trouver en général… chacun trouvant le sien quand il en a les moyens.

Mais c’est incroyable, l’église veut que le sens soit commun!

Il n’y a pas de sens commun!

Il me semble qu’il n’y a que des pensées communes… mais tellement peu de vrais penseurs d’ailleurs… surtout de vrais perroquets…

On dirait parfois que le simple risque de la pensée qui largue les amarres avec la pensée bien pensante fait peur… et pourtant, quand on voit le monde tourner, peut-on affirmer, démontrer que c’est la solution la meilleure qui dirige le monde? Avec les horreurs que l’on voit, n’y a -t-il pas à inventer, à aller plus loin?

Comment peut-on amener les gens à de telles fadaises, mièvreries, et à « croire, » à accepter le monde tel qu’il est « parce que Dieu l’a voulu » après des penseurs comme Marx, Nietszche, Foucault, Deleuze, Freud, Lacan , Beckett, et autres…

Je me dis que la culture, n’est encore que la culture de la classe dominante, qui ne livre pas « toute » la culture, mais choisit délibérément les propos les plus traditionalistes et les plus cons, il faut bien l’admettre, pour réduire en esclavage la pensée, la faire même régresser quand on pense qu’elle est allée trop loin.

Mais la réflexion est en marche, n’en déplaise aux punaises de bénitiers…

L’Autre, le plus puissant, le Tout Puissant, qui peut tout pour toi, est un assassin en puissance de toi-même,il t’oblige à te confesser, ou à rester dans le cadre, bien adapté, pas en dehors des clous.

Il faut tout de même que chaque croyant le réalise avant de mourir sous peine de commettre des erreurs irréparables à son endroit, de se ligoter lui-même! Car le prêtre énonce des réponses morales (le bien, le mal), ce que ne fait pas le psy laïc tout de même… qui laisse au patient le soin de conclure et d’interpréter, ce qui laisse la liberté.

Moralement, l’église balise…

Mais en fait, seul au monde tu peux tout pour toi,..ou le pire. Telle est la responsabilité de l’humain. Pas d’échappatoire à cela. La liberté est un exercice terrifiant et passionnant. Elle est LE risque absolu! Prendre position est un des exercices de la liberté. Le pouvoir qui accepte cette liberté est encore une démocratie…

Quiconque m’imposerait ce genre de croyance en un Dieu se ferait recevoir. J’espère encore qu’on échappera à la pensée unique, mais je vois de plus en plus de gens souscrire à la tradition et ne rien inventer, tant en matière de naissances, que de mariages, que de funérailles… (seule une minorité résiste, d’où mon roman) Et j’en parle en toute connaissance de cause: on m’a déjà fait les gros yeux parce que je restais hors de l’église aux enterrements ou aux mariages… Je peux vous dire qu’on était seuls nous deux, moi et mon tendre… mais HEUREUX d’être libres, c’est pas beau?

L’Autre, ce Dieu, ne pourra jamais rien pour moi. Et cela jusqu’à mon dernier jour.

Parfois, les bêtes blessées, mourantes, préfèrent finir seules, au fond des bois… c’est dommage pour ceux qui veulent compatir mais c’est ainsi, et c’est beau parfois. C’est respectable, ou culturel, un choix. Ce pourrait être le mien… pas sûr, mais je préfère savoir que j’aurai le choix et que je ne dépendrai pas d’une église, quelle qu’elle soit! Surtout éviter toute douleur… si possible.
Décidément, je ne suis pas croyante. C’est vraiment définitif. Quelle joie d’ailleurs de disparaître à la fin, fourbue, fatiguée, au bout du rouleau (j’ai connu une vieille femme qui appelait la mort de ses voeux, c’est très rassurant finalement), et quel scandale de disparaître avant le terme… quel terme d’ailleurs, à quoi sert de se rebeller contre le hasard? Vaine activité des hommes en mal d’occupation.

De plus, je respecte celui qui choisit le terme avant le terme de façon libre. Il a ses raisons, que j’ignore.

Seule conclusion possible:

Vis! (quel terme viril!)… en attendant…

 

Labyrinthe |
Les livres de Pascal Colletta |
filleduchaos |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Juste un espoir
| Biblirene
| cours Master Civilisation, ...