La révolution passera par l’arrêt du boulot… la grève.

10 décembre 2010

Humeurs

 

… pas par Wikileaks, ni Openleaks, ni aucun autre moyen virtuel fondé sur le scandale (nous savons parfaitement comment se comportent les grands de ce monde pour se maintenir au pouvoir) quand on connaît un peu, même de loin, le panier de crabes que constitue le 4ème pouvoir par rapport au « politique ».

Nouvelles, contre-nouvelles… vérités, contre-vérités… on s’en tape!

Pour nous, ce qui compte, c’est le fricot et l’accès à la culture, la lecture, la poésie, la musique… et la liberté « ravie »…

On sait une seule chose et c’est la seule qui compte: que ce système n’est pas fait pour le bienfait de l’humanité mais pour son exploitation et son aliénation (pour ce qui nous concerne, nous, femelles (d)écervelées…), pas fait pour la culture, le bonheur… ni la liberté « ravie ». Leur passion, c’est le flouze, le commerce, l’échange et la rentabilité, la compétition, la course permanente.

Eloge de la lenteur.

Les « théories » réformistes me navrent, m’ennuient, ne sont pas dans le sujet, cherchent à redorer le blason du capitalisme, et pour finir, échouent lamentablement, comme une grosse baleine, devant les tyrans et les enjeux de l’Histoire.

Moi, dès qu’on me dit au boulot, « on va améliorer le fonctionnement », je me dis tout de suite « Où est l’embrouille? », « Qu’est-ce qu’ils veulent m’ôter et que j’avais gagné? », « Comment je me dispose pour rétorquer? »…

Le reste, camarades de toutes « confessions », c’est du pipeau. 

Tant que nous ne nous battrons pas pour éradiquer ce système de la terre,nous serons comme des esclaves.

Nouveau servage que Tolstoï, dont c’est l’anniversaire de la mort, aurait lui aussi dénoncé s’il vivait encore. Ce sont souvent ces « morts »-là qui nous donnent la force d’être vivants.

Quant à la paix, nous l’aurons, lorsque cette guerre qu’on nous mène aura cessé, racket, cadences, chômage, retraites repoussées, misère…

D’ailleurs, nous en jouissons déjà lorsque nous parvenons à instaurer un rapport de forces qui impuissante l’autre camp, lui fait peur.

A propos, soutien total aux petits étudiants anglais… Camilla et Charles ont effectivement eu très peur… ce n’est qu’un début à mon humble avis…je ne le souhaite pas, mais ils abusent toujours de l’autre côté…

 

 

 

 

Labyrinthe |
Les livres de Pascal Colletta |
filleduchaos |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Juste un espoir
| Biblirene
| cours Master Civilisation, ...