Publication de Dérive du Continent Noir…

25 juin 2011

Edition

 

Chers lecteurs,

Je suis en panne de billets d’humeur, en ce moment, pour la simple raison que je me concentre sur la publication de mon recueil de poésie:

Dérive du Continent Noir.

J’ai fait un gros travail de sélection, correction, mise en page et publication sur le site de Lulu.com où vous pouvez l’acheter en version papier.

Ces poèmes sont mes poèmes de jeunesse et les chansons que j’ai composées et chantées à l’époque, accompagnée de ma guitare, dans ma chambre surtout,  dans la salle de bain et pour quelques amis parfois. Elles ne sont jamais sorties de l’intimité où elle ont été composées, et c’est à l’âge de mes enfants  qui sortaient de l’adolescence (c’est-à-dire il y a peu) que j’ai exhumé ces traces de mon adolescence mélancolique (cela va souvent de soi me direz-vous..) et combattive (c’est plus rare).

Bref, je vous les livre en pâture, ne les « déchirez pas avec vos deux mains blanches »… mais passez votre chemin si cela ne vous dit rien.

Sur le front des publications, je me suis aussi beaucoup affairée avec la 2ème édition de mon volume de billets d’humeur intitulé Un An de crise qui retrace l’année 2009 sur mon blog.

C’est maintenant chose faite, on peut également se le procurer. 

Je travaille activement aussi à la parution de Briller dans l’ombre, le volume qui concernera l’année 2010 et à celle de ma pièce de théâtre, qui va s’intituler Le Ménage (anagramme de « manège » également, d’où le choix du titre).

Une seule ombre au tableau: tous ces tracas de correction-publication m’empêchent d’avancer dans mon second roman (oui, je fais tout moi-même, avec l’aide finale de Richard pour une mise en page soignée).

Et ça, c’est une grande perte… pour moi.

Pas le temps, trop de choses. Je dis toujours que je voudrais que la durée du jour et de la nuit soit double. Il me faudrait deux vies… (attention à l’orthographe ici… coquine!)

Vous me voyez donc dans les projets jusqu’au cou et aux prises avec la matière, comme Vulcain dans sa forge, je donne forme à ce qui, je dois bien me l’avouer maintenant, commence à pouvoir s’appeler une œuvre.

Que sera-t-elle? Quelle retentissement? Pour l’instant, ce n’est pas tellement mon problème. Mon problème est d’être lue.

Je suis en lien avec quelques-uns de ceux que j’appelle mes « grands lecteurs », comme on a de grands « chambellans », qui veillent, surveillent, s’intéressent… etc.

Ce blog est ma fenêtre sur le monde et je crois que, sans lui, j’aurais sombré dans la dépression, dans la désespérance ou autre conduite à risques.

Merci à tous mes visiteurs fidèles, même quand vous ne laissez pas de traces, votre simple nombre, votre existence me réjouit le cœur…

 

 

 

 

 

Labyrinthe |
Les livres de Pascal Colletta |
filleduchaos |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Juste un espoir
| Biblirene
| cours Master Civilisation, ...