La grand messe du dimanche matin à la télé

29 mars 2015

Réflexion

Veille de Pâques : débat sur l’innocence sacrifiée

Je viens d’entendre des affirmations ahurissantes sur la 2 de la part de religieux juifs.
En faisant le Bien, nous casserions de petites choses au passage, ce qui serait bien sûr faire le Mal. Ils justifiaient même les dégâts collatéraux des guerres et les souffrances endurées pour la liberté.

Au mieux, je dirais que c’est faux, au pire, que c’est pervers.

Alors, soyons au moins logique, ne cherchons pas à faire LE Bien. Faisons le mieux possible, et nous ferons moins de mal.

Comment le déterminer d’ailleurs, ce Bien ?

Certains jouissent d’avoir mal ou de faire du mal, et pour eux, le Bien, c’est exploiter le reste du monde et l’asservir. ;-)

Il n’y a, d’après moi, ni Bien, ni Mal, il n’y a qu’équilibre, accointances et accommodements entre soi et les autres… entre soi et le monde.

Labyrinthe |
Les livres de Pascal Colletta |
filleduchaos |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Juste un espoir
| Biblirene
| cours Master Civilisation, ...