Neuf mois… affaire Goodyear

16 janvier 2016

Humeurs

Quelques pensées sur l’Affaire Googyear
 
Un patronat agressif, servi par une justice bourgeoise, sa justice aux ordres, sanctionne de façon « inédite » en France des travailleurs qui se battaient pour leur emploi, c’est-à-dire pour leur vie et celle de toute leur famille. Une peine de prison ferme de neuf mois pour une séquestration.
État d’urgence, loi de plus plus liberticides, patrons surpuissants protégés par un gouvernement PS qui n’a plus, et depuis très longtemps (l’a-t-il eu un seul jour ?), sa place à gauche, font glisser peu à peu la France dans le camp des pays les plus fliqués et les plus réactionnaires du monde.
Où est notre belle liberté ?
Qu’est devenu notre droit le plus élémentaire de nous défendre ?
Où est parti la solidarité qui présidait à tout dans le monde de l’entreprise ?
Nous ne sommes plus que les « cibles » d’un état aux ordres de ces « capitaines » d’industrie. Nous sommes devenus des gorets bons à avaler la merde qu’ils produisent à prix d’or, des gorets soumis à la surconsommation et réduits au silence.
L’humiliation et l’abaissement sont à leur comble dans ce cher « pays des droits de l’homme ».
Nous avons connu de plus beaux jours, qui se sont enfuis devant la cohorte des « occupants » de l’économie de marché.
Tout le monde sait cela, assez d’ouvrages aujourd’hui le disent, l’analysent.
Et pourtant, rien ne change, personne ne bouge et les seuls hommes debout se font détruire, casser, par la justice et l’État de ce pays de la liberté.
C’est cela la vraie surprise.
Mais où en sommes-nous ? Que faisons-nous ?
Où nous situons-nous par rapport à cette ligne de démarcation qui sépare les êtres qui résistent de ceux qui collaborent et se couchent devant l’occupant ?
Neuf mois de prison pour des hommes qui défendent leur peau, ce n’est pas « inédit » comme nous le disent les bons médias sous influence, neuf mois de prison, c’est un véritable scandale, une catastrophe pour tous ceux qui travaillent de leur main ou de leur cerveau et qui n’ont ni patrimoine, ni richesse personnelle, une catastrophe pour tous ceux qui n’ont que leur emploi pour survivre.
Pourquoi ?
Parce que cette sanction a valeur de symbole terrible.
Elle signifie à tous ceux qui se battront qu’ils seront à la même enseigne, qu’ils seront condamnés au même tarif.
A court terme, c’est l’ultime fin de tout combat contre ceux qui nous oppriment au travail.
Décidément, « il y a quelque chose de pourri au royaume » de France

Labyrinthe |
Les livres de Pascal Colletta |
filleduchaos |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Juste un espoir
| Biblirene
| cours Master Civilisation, ...